"Il était une fois, dans un royaume lointain..."

Des contes, pour quoi faire?

 

 "Les contes, c'est démodé !" disent certains jeunes lecteurs, un avis que partagent parfois leurs parents.

Pourtant le succès des contes ne faiblit pas, ils occupent toujours la place d'honneur sur les rayons des libraires, à la maison et à l'école et l'audio-visuel les révise régulièrement.

 

  Il n'échappe pas aux "grands" que les contes traditionnnels sont lourds de sens. On y aborde des thèmes graves, dérangeants tels que les rivalités dans la fratrie, l'injustice, la maltraitance familiale, les lourds secrets, le deuil impossible, l'abandon. Le monde extérieur présent dans les contes reflète de la même façon tout ce qui peut angoisser un enfant : les mauvaises rencontres, l'abus de pouvoir, la misère… des sujets qui seraient traumatisants dans un contexte réaliste.

 

  "Il était une fois, dans un royaume lointain…" par cette formule familière le narrateur situe d'emblée le récit dans un monde imaginaire où les repères spatio-temporels demeurent flous. Le merveilleux permet de donner une dimension universelle au récit et crée une distance rassurante entre l'enfant et les thèmes abordés. L'enfant peut alors apprivoiser ses peurs et se sentir moins seul, plus fort face à elles.

 

  Le conte se termine la plupart du temps sur une note positive. Au cours du récit les personnages évoluent, apprennent à vaincre les difficultés qu'ils rencontrent. Grâce à l'intervention d'une aide extérieure magique, et aussi à leurs qualités personnelles et aux astuces qu'ils savent mettre en œuvre, ils parviennent à dévoiler et combattre les mauvaises intentions de leurs adversaires, à pardonner, à devenir autonome et à trouver le bonheur.

 

  " Montre-toi ingénieux et audacieux, prends ton destin en main et le sort t'aidera", telle est souvent la philosophie implicite du conte.

C'est un message qui se transmet aux enfants à chaque génération et dont ils ne sauraient se passer. Ils constituent une part importante de la culture populaire et de ce fait une source de références communes, il nous paraît donc important de favoriser la transmission des contes.

 

Notre but : proposer aux jeunes lecteurs un choix de contes connus ou originaux, conçus pour être faciles et agréables à lire, bien illustrés, de bonne qualité. 

 

Bibliographie incontournable : 

 

Psychanalyse des contes de fées, Bruno Bettelheim, Robert Laffont éd., Paris, 1976.  Même si l'on peut émettre de grosses réserves sur certaines de ses interprétations psychanalitiques, c'est un ouvrage remarquable qui donne une définition claire du conte - par rapport aux mythes et légendes- et fait le tour complet des divers aspects du conte : comment fonctionne le récit, l'identification aux personnages, le rôle des répétitions sémantiques et structurelles, les effets bénéfiques du conte sur les jeunes lecteurs.